Poèmes que j'aime

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

L'ESCALIER

le samedi 21 février 2015, à 20:41. Posté par MELIFICA


C'était un escalier
Aux vieilles marches en bois
Qui montait jusqu'à toi
Finissant au palier.

Oh vieil et bel escalier
Si tu pouvais parler
Combien de vieilles histoires
Tapies dans ta mémoire

Fleurant bon le jupon
Parleraient de la maison.
Lorsque je m'ennuie
Bien souvent tu bruis

Essayant de parler
Des histoires cachées.
Hier lorsque tu étais fier
Hier c'était hier ....

Sur tes rampes solides
Mes mains malhabiles
Menues ou graciles
S'accrochaient immobiles.

Aujourd'hui tournant vers l'huis
En évoquant nos souvenirs
Nous montons tous les deux
Chargés d'histoires, heureux.

Aujourd'hui vieil et bel escalier
Si tu pouvais parler
Combien de souvenirs
Tu nous raconterais.

Craquant à chaque pas
Et parlant de sa voix
Toujours ta voix de bois
Qui me met en émois.

Chaque marches ma foi
Ne parlent que de toi.

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : /10)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 5 ) (Ajouter un commentaire)
Marie-Claude ( scarlatine) le dimanche 22 février 2015, à 12:39
bonjour Melifica
quelle riche idée de parler d'un escalier, toutes
ses marches ont une histoire à nous conter !
amitié
très beau dimanche

domidom le dimanche 22 février 2015, à 21:55
Une belle inspiration que de faire parler un escalier....
Souvent il nous emmène dans un grenier, là où s'entassent tous nos souvenirs.....
Et oui, il m'est arrivée d'y trouver des cahiers de mon enfance, des petits mots d'amour étaient glissés entre les pages, ces petites choses que l'on croyaient à jamais oublier, et qui nous font sourire....
Bon moment de lecture...
A plus, Domie....

mamine le lundi 23 février 2015, à 11:17
votre texte fait allusion à un escalier, mais moi d'après mon ressentiment en te lisant je sens bien que votre écrit parle plutôt de cette personne qui est enfoui dans ton cœur et que ce joli vieux escalier monte le souvenir du passé jusqu'à ta mémoire.............. raison ou pas je l'ignore
mais si c'est vrais ce que je pense, je crois qu'oublier nécessite parfois de lourd sacrifices
merci pour ce texte
Rosa

Philip de Berg (JARDIN DE LUNE) le lundi 23 février 2015, à 14:40
Bonjour Melifica.
Ah encore une occasion de s'exclamer "obj et inanimés, avez-vous donc une âme ? "
Il est des meubles, des objets, des lieux, des.......escaliers qui sont les témoins immobiles et muets du temps qui passe et de l'Histoire.
Eh bien figure-toi que je ne serai pas loin de penser comme Mamine que ce poème est en filigrane et que l'escalier renferme des souvenirs enfouis dans ton coeur. Et puis, symboliquement, une escalier se monte, se descend, se monte....Ainsi se patine le Temps et les souvenirs. Le bois est un matériau vivant : il craque, il gémit.
Peut-être, chaque craquement de ton escalier te rappelle quelque fantomatique présence des rires, des frou-frou, que sais-je ? Merci pour ce partage. Et, bonne idée que d'avoir fait parler ce silencieux "monte l'âme".
Et puis, cet escalier, il me fait aussi penser, sur un aspect symbolique à l'échelle de Jacob, qui relie le Ciel à la Terre et que l'on redescend sur l'autre versant pour ne pas trop s'élever et approcher l'Absolu. Bonne fin de journée, Mélifica. Demain, j'aborderai tes autres poèmes. Amitiés. Philip.

quercylibre melifica le mardi 24 février 2015, à 19:36
Bonjour Philip,
Je dois te remercier pour tes commentaires et le discernement qui est le tiens.
Depuis que nous nous connaissons sur ce site j'apprécie avec toujours plus de satisfaction ton analyse.
Bien sûr mes vers sont imparfait je met moins de passions a les tailler selon les règles de Malherbe en fait je les travaille moins es-ce là mon moindre défaut?
Je ne sais !
Si je travaille un poème il perd parfois de sa résonance et il deviens alors artificiel. Toujours est -il que la passion et la fougue qui parfois font le poème ne sont rien sans un peu de travail. Pour cela je dois avoir mon esprit mon sommeil,mes rêves mes pensées tournées toutes dans une seule direction la passion qui m'anime ou l'égérie vers qui se tourne ma pensée. l'égérie n'est pas toujours une femme "la femme" elle peut être un escalier , un saxo ,l'été , l'hiver, une saison en enfer ( non pas cela ,le stand est déjà occupé!) .
En fait les poèmes se tarissent quand la passion disparait!
La passion peu être un ensemble ou le travail se fait naturellement et un jour, une nuit ,en un instant si imprécis qu'il est peut être ici et j'écris sur tout ce qui me tombe sous la main car si je ne le fait le poème est perdu!
Ma cervelle est une veille outre qui fui et ce qui n'est pas écrit est perdu§


Ajouter un commentaire à ce poème :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet