stupident

 

Mes poèmes - Livre d'or - Moi

 

la sirène et son instrument

le vendredi 29 décembre 2017, à 10:19. Posté par stupide




Toi qui dis :
« Là, sur le sol
Violons celles qui sous le gui, tard
Font s’entrechoquer les flutes,
Qu’on rempli de flotte
Quand on nous épie
À nos moments de doute »

Tu devrais lire encore des vers
Sur les dames
Qui là bas te rient au nez
Tombées molles, les pattes en l’air
Dans un bassin d’acide
De leur corps plaqué en or
Devant ton cœur empli de pierre

Et leurs seins faux
Nient que ton cul était en feu
Mais l’eau dira,
Au cas où la vérité dénote à l’oreille d’un sourd,
S’il ne reste qu’un caillou à cinq balles
Et un pouls en acier
Que l’eau paiera dans son écrin de terre
Pour un tiers sans contour
Ou si ton dos était de fer
Rossi du vent qui s’emballe
Qui fume à l’ombre d’un four
Séchant ton âme en papier



Toi qui branche sans répit,
Poliment,
Un temps bourrin, deux temps courtois
Toutes ces femmes à tronc
Bonnes à l’arrière
Que tu bats si souvent
Que tu ramènes du champ au bois
Et qu’on sert mauvaises
Dans les essaims de tes mensonges
Quand il n’est plus si tard d’avoir compris
« Qu’un corps de m’use pas plus qu’un cœur »

Elles, qui d’éclat rient net
D’avoir ravit la liberté
Quand le jour sonne à la fenêtre
Devant ta frêle cavité




<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : Pas de note)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 4 ) (Ajouter un commentaire)
La Mouche Nounouche le vendredi 29 décembre 2017, à 20:52
Arête le poisson ! La sirène n'est pas écaillée . . .
Merci, j'ai beaucoup riz en accompagnement de toutes ses saillies . . .

stupide le samedi 30 décembre 2017, à 09:20
de rien, c'est un plaisir ! (pas de sushi haha)

quercylibre le mercredi 28 février 2018, à 22:29
l'écriture et la pensée féminine est différente de celle des hommes , m^me de la pensée des entre deux l'écriture ou un faux pas ramène poils sur jambes

stupide le vendredi 02 mars 2018, à 10:12
tant que ce n'est pas un cheveux dans la soupe alors ça va ! moi je me les attache de toute façon.

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Livre d'or - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet