Ecrits pleins et déliés

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

à Lucette

le mercredi 10 janvier 2018, à 00:15. Posté par La Mouche Nounouche



Le fleuve de notre vie

Coule sur le sable de l'oubli

Nos rêves nos espoirs à peine établis

Nous sont trop souvent à jamais ravis

Enfouis dans le cimetière de la mémoire

Unique témoin de notre courte histoire

Trop vite trop vite filent les heures

Parfois tout ça ne semble que leurre

Hélas nous n'avons pas le choix

C'est le destin qui nous échoit

Nos révoltes ne sauraient rien y changer

Nous devons seulement nous en arranger

Sans pour autant nous y résigner

Nous devons lutter sans trépigner

Nous devons lutter et persisiter

A jamais nous nous devons d'insister

Et profiter de nos bonheurs passagers

Lorsque nous en sommes les messagers

Même si vivre est parfois un labeur

Douces nous sont certaines heures

Gardons les donc précieusement

Et vivons les douceureusement

Séchons donc les larmes

Et reprenons les armes.



La Mouche 1982
((écrit après la seconde hémiplégie de ma future belle-mère)

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : Pas de note)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 4 ) (Ajouter un commentaire)
joey de provence le mercredi 10 janvier 2018, à 07:19
Trés beau j'adore c'est triste aussi mais c'est la vie malheureusement ,,, bonne journée la mouche Joey !

Susan (Coquelicot ) le mercredi 10 janvier 2018, à 07:34
Bonjour Yves ,
Tu as bien fait de poster cet ancien poème, il est triste, mais magnifique ...
La vie est ainsi faite d'embuches !
Bonne journée. Yves. Susan
http://www.mespoemes.net/susanchevalier

Rêveuse le mercredi 10 janvier 2018, à 10:01
Un très fort et touchant poème!
oui, la vie nous malmène mais il nous faut malgré tout avancer coute que coute!!!!!!!!
merci et belle journée!

La Mouche Nounouche le mercredi 10 janvier 2018, à 15:16
MercI Joey, Susan et Rêveuse, mais ce fut hélas pour elle l'AVC de trop après s'être battue une première fois pour réapprendre à marcher, elle a ensuite fini sa vie en fauteuil roulant dans un foyer de l'A ssociation des Paralysés de France à Aubagne durant une bonne dizaine d'année. Nous lui rendions visite avec les enfants tous les 15jours/trois semaines malgré l'éloignement. . .Il a bien fallu faire avec ou plutôt sans. . .

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet