Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Léopold Sédar Senghor revisité (1906-2001)

le mardi 13 février 2018, à 14:59. Posté par Michel Ernest


Ne croyez pas que par ces lignes
Je délaisse les têtes blondes
Et que contraint, je me résigne
À revisiter le tiers-monde

Lors, loin des âmes bien pensantes
Je vous l'affirme tout de go
Cette biographie me tente
Car l'homme est au dessus du lot

Léopold est né en Afrique
Près de Dakar au Sénégal
D'une famille catholique
[Musulmane me fût égal]

Nous sommes en mil neuf cent six
Dans l'église, vêtu de blanc
Un ami du père, métis
Donne son prénom à l'enfant

Avec les pères missionnaires
Léopold apprend le français
Puis dans les classes secondaires
La littérature lui plait

Il obtient son bac sans forcer
Afin de devenir quelqu'un
Car son directeur de lycée
Lui avait dit : "Sans bac t'es rien"

L'administration coloniale
Lui offrant une belle bourse
Il quitte alors le Sénégal
Pour à Paris suivre sa course

Il étudie à Louis-le-Grand
Où il côtoie des gens de goût
Et même un futur président
J'ai nommé Georges Pompidou

Après une licence en lettres
Il opte pour l'agrégation
Qu'il décroche de main de maître
Après naturalisation

Professeur de lettres classiques
Au lycée Descartes à Tours
Pour parfaire sa linguistique
Conjointement il suit des cours

En trente-neuf, la guerre, hélas
Brise son chemin idéal
Il part comme deuxième classe
Dans l'infanterie coloniale

Malheureusement le pauvre homme
Est aussitôt fait prisonnier
Et telle une bête de somme
Par les nazis il est traité

On le retrouve après la guerre
Éducateur en linguistique
Et comme d'aucuns, il adhère
Au puissant parti communiste

Lors, à l'Assemblée nationale
Il est député du parti
La moitié pour le Sénégal
L'autre pour la Mauritanie

En mil neuf cent quarante-six
Il se marie avec Ginette
Avec laquelle il a Francis
Dès mil neuf cent quarante-sept

Il quitte son parti de gauche
Et est élu indépendant
Puis Edgar Faure le débauche
Pour former son gouvernement

À cinquante ans il se sépare
De sa femme pour épouser
Une normande du terroir
Qui lui donne un joli bébé

Entre temps Léopold est maire
D'une ville du Sénégal
Puis il reprend un ministère
Dans l'équipe du Général

Sa mère patrie, en soixante
Devient pays indépendant
Léo, toute affaire cessante
Est proclamé le président

Il aime tant son Sénégal
Qu'il va jusqu'à en composer
"Lion rouge", l'hymne national
Avec un musicien français

Ses premières années de règne
Apportent la joie dans les cœurs
Partout la prospérité règne
Le président est le sauveur

Et dans cette Afrique qui gronde
Le grand pays est très à l'aise
Et propose même à la ronde
Un Commonwealth à la française

Mais la fonction présidentielle
Présente des hauts et des bas
Après une énième querelle
Il échappe à un attentat

Senghor se fait autoritaire
Quand les étudiants se soulèvent
Et dans cette chasse aux sorcières
Le bon peuple se met en grève

Il crie à la France : " au secours"
Mais à son cri ne vient personne
Lors, sans trompette ni tambour
Léopold Senghor démissionne

C'est à l'Académie française
En tant que premier Africain
Sur le fauteuil numéro seize
Qu'il vit ses années quatre-vingt

En mil neuf cent quatre-vingt-douze
Il écrit sa vie à Verson
Car c'est près de sa chère épouse
Qu'il trouve son inspiration

À près de quatre-vingt-quinze ans
Après une vie assez belle
Il s'écroule tout doucement
Trois mois après les tours jumelles

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : Pas de note)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 0 ) (Ajouter un commentaire)

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet