Quadrile de poésie classique

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

La pie et la fouine (Fable)

le mardi 13 février 2018, à 17:56. Posté par francois



    Au matin nouveau d’un jour colligeant
    L’aigle royal au puissant regard exigeant
    Siégea sévère du haut de son trône
    De premier président de la cour du Rhône

    Quiète vint à la barre, Madame la pie
    Le président agacé ainsi la saisie
    « Madame pie que vous voilà encor
    En cette année sept fois dans ce décor »

    Dame pie soudain inquiète, de son bec
    Se gratta la tête avant de répliquer sec
    « Monsieur le président c’est vrai j’ai volé
    Mais que dire des escrocs jamais arrêtés »

    « Comment se peut se faire que l’on m’arrête
    Pour un si petit délit, un petit œuf pour ma fête »
    Le président vaguement intéressé se repris
    « C’est donc votre fête tous les mois ; Pardi !

    « Ma semonce des mois passés n’a-t-elle Dame
    Servi à changer votre attitude ; Je vous condamne !
    Au sursis de ne plus vous retrouver devant moi
    A la prochaine incartade vous risquez grand effroi »

    Un mois s’écoula avant que Dame pie épinglée
    Se retrouve sur le banc des accusés, pour avoir volé
    A Dame fouine deux œufs dans son garde-manger
    Selon les déclarations de la Dame endimanchée

    L’aigle royal interrogea la plaignante en ses termes
    « Dame fouine dites nous ! Dans cette affaire terne
    Que reprochez vous qui soit une plaie pour vous »
    Dame fouine subtilement intimidée se gratta le pou

    Et s’enquit de répondre à l’aigle royal qui la toisa
    « Monsieur le président du haut de son arbre elle veilla
    Que notre famille s’endormit dans sa bonne léthargie
    Pour nous voler de bons œufs au fond de notre réduit »

    « Mais alors que demandez vous en sage réparation »
    Dame fouine percevant juste cause à la condamnation
    De Dame pie pour le méfait commis, rassurée répondit
    « Je souhaite qu’elle me rembourse mille œufs ; Pardi.
    ¤



    Le président offusqué se fâcha à cette demande
    « Dame fouine n’est t’il pas incorrect ! Quelle manne !
    La justice ne délibère pas pour vous gratifier de fortune
    Mais pour réparer le préjudice subi à votre infortune

    L’aigle royal appela à la barre Dame pie et fulmina
    «Que nenni ! Dame pie vous à la barre ; Mon tracas
    Je dois cette fois vous punir sévèrement de ce délit »
    Dame pie pleureuse s’écria de mots plus que contrits

    « Monsieur le président ! Oui j’ai fauté, mais cette fois
    Je vous l’assure je n’y suis pour rien ! Croyez-moi
    Je n’étais pas à cet endroit quand cela fut organisé
    Je déambulais devant les grands magasins fermés…

    Le président au vu et à l’écoute des parties, donna
    Le verdict de la chose jugée que l’on comprendra
    « Dame pie ! Attendu que voleuse a été votre passé
    Je ne puis que vous condamner pour ces faits blâmés »

    « Quant à vous dame fouine votre trop grand besoin
    De vous enrichir indûment me laisse penser votre soin
    De trouver âme à produire gratuit votre meilleur bien
    Aussi est t’il soutenu que vous n’avez été lésé en rien’ »

    Vous le récipiendaire de délits ne vous froissez à devoir
    Etre condamner après des méfaits répétés. Croire !
    En votre bonne parole présente ne suffira pas à émouvoir
    Faites en sorte de ne plus pointer sous le grand assommoir

    Et vous! N’usez pas de croire en la justice vous enrichir
    Détrompez-vous! Elle ne fait qu’à concourir à vous servir
    Au fait strict, pour à sa juste valeur vous indemniser
    Du préjudice subi et ne pas impuni léser votre intérêt
    ☼ŦC

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : /10)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 0 ) (Ajouter un commentaire)

Ajouter un commentaire à ce poème :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet