Le jardin des délices

 

Mes poèmes - Liens - Moi

 

Lettre à l'absent

le dimanche 13 mai 2018, à 10:00. Posté par Jocelyne







    Texte écrit dans le cadre d'un défi
    Enoncé : Un lipogramme est un texte d'où sont exclues une ou plusieurs lettres de l’alphabet. Ecrire un texte (prose ou poésie) dans lequel la lettre i n’apparaîtra jamais.
    Autre contrainte : Minimum 400 mots / Maximum 700 mots.


    **********




    Mon tendre amant,

    Où es-tu ?

    Monotones, les journées coulent avec lenteur. Se prolongent. Eternellement, sans charme. Aurore et crépuscule se confondent. Plus d’été. Plus d’automne. Renouveau et dormance s’amalgament. Plus de sucré. Plus de salé. Plus de sucré-salé. Blanc, bleu, vert, rose, orange… les couleurs s’estompent. Place à la plus sombre. Tout est sans saveur, sans nuance, sans éclat. Fade, amer, obscur. Maussade, nuageux, cafardeux. Un manteau de flocons perpétuels, compacts, me recouvre, gelant mon être. Fardeau écrasant, ton absence m’accable. Où es-tu, mon amant chaleureux ?

    Perdue sans ta présence rassurante, pénétrée d’ondes glaçantes, malmenée par des vagues permanentes, je nage. Non ! Je surnage. Je suffoque, me bats, me débats, dans un océan menaçant et houleux. Où es-tu, mon amant protecteur ?

    Les éléments se soulèvent, se déforment. Nos embrasements se sont transformés en cendres. Le rouge flamme s’est mué en larmes de sang. La brume supplante la clarté. Mes jours sont ténèbres. Mes rêves sont cauchemars. Mes pleurs remplacent mon allégresse. Mon calme se métamorphose en tempête. Mon bonheur est malheur. Où es-tu, mon amant réconfortant ?

    Mon corps ardent te réclame, quémande tes caresses. Je veux ta chaleur, ta peau contre ma peau, ta bouche gourmande sur mes lèvres offertes, ta douceur, ta ferveur, tes murmures. Brûler à ton contact. M’abandonner encore à nos voluptés exaltantes. Où es-tu, mon fougueux amant ?

    Au cours de mes aveux feutrés, tu as découvert mes pensées profondes, mes fêlures, la clé de mes peurs et de mes tourments. Tu as absorbé mes secrets, du plus amusant au plus douloureux. Tu es le seul à posséder le code de mes arcanes. Où es-tu, mon doux amant ?

    Tu m’as tant apporté, tant donné ! Tu m’as révélée, m’as redonné ma splendeur, mon honneur. Tu as levé les obstacles, ôté les ronces, rendu ma route plus belle. Où es-tu, mon valeureux amant ?

    Tatouage pérenne, tu es gravé dans mon cœur. Aucune date d’échéance. Tu me hantes et me hanteras jusqu’au jour suprême. Où es-tu, mon éternel amant ?

    Tel le roseau, je courbe. Naufragée, je sombre. Eclopée, je dérape. Déboussolée, j’erre sans but. Désespérée, je m’enfonce. Abattue, je m’effondre. Me reste les mots... ceux que je jette en vrac pour hurler ma souffrance.

    Où es-tu, mon tendre et fabuleux amant ? Tu me manques. Tu me manques atrocement.










    ©Jocelyne B.
    30 novembre 2017

<< Retour aux poèmes

 

commentaires ( 8 ) (Ajouter un commentaire)
mariepaule le lundi 14 mai 2018, à 05:54
Bonjout Jocelyne

Un cri, qui sent la douleur intense..
Tous tes vers sont désespoirs

Même la ronde des saisons accompagne la souffrance de tes vers.

C'est prenant

Très beau lundi
Amitié
Marie

susan* Coquelicot * le lundi 14 mai 2018, à 06:27
Bonjour Jocelyne,
Lors de ce défi, tu as écrit un très beau texte douloureux qui sent le désespoir et beaucoup de souffrance ...
Merci Jocelyne et bravo pour le défi sans i ...
Belle journée à toi.
Bien amicalement.
Susan

Philip (Jardin de Lune) le lundi 14 mai 2018, à 08:02
Bonjour Jocelyne.
Un texte très émouvant; prenant même, sur toutes les facettes qui traversent le cœur quand l'absence est là.
La lettre est longue, car on ne peut dire le manque avec quelques mots seulement. Alors les mots succèdent aux mots, plus fort, plus lumineux ou plus douloureux. C'est que les maux sont présents à travers les mots, pour dire l'absence.
De surcroît, l'exercice n'était pas facile en se privant de l'usage de la voyelle i dans chacun des mots du poème !
Amitiés et belle journée, Jocelyne.
Philip

scorpionne le lundi 14 mai 2018, à 10:57
Merci Marie, Susan et Philip.
J'ai apprécié participer à ce défi (bon, je le ferais pas tous les jours ! *sourire*). J'ai également participé à un défi sans E (encore plus difficile !) et à un défi sans autres voyelles que le E (le plus difficile !). Je les posterai prochainement.
Belle journée à tous les trois.
Bien amicalement,
Jocelyne

liameliavq le lundi 14 mai 2018, à 20:42
Un texte sublime : cri de souffrances et de douleurs de l'absence de l'être aimé qui nous égarent dans le labyrinthe des affres sombres de L'Amour, doublé d'une dextérité dans l'exercice du lipogramme : Félicitations Jocelyne !
Bien amicalement.
LN.

scorpionne le mardi 15 mai 2018, à 10:03
Merci beaucoup Hélène.
Amitiés,
Jocelyne

cecel le vendredi 18 mai 2018, à 02:39
Bonsoir Jocelyne
Je comble mon retard de lecture et je le réalise parmi tes mots tellement explicites.
Là, j'ai couru pour te suivre. L'absence et le manque produisent, en général, un effondrement après une lutte qu’on juge inutile, comme une fatalité. Là, ils ne sont qu'énergie, demande, cris, nostalgie. Un texte relativement long mais un rythme soutenu qui montre bien ton envie insatiable.
Ta prose est superbe de volonté. C’est admirable !
Ton ami
Marcel

scorpionne le vendredi 18 mai 2018, à 12:09
Merci Cecel. Et merci également d'avoir comblé ton retard.
Je reconnais que cette lettre est (peut-être) un peu longue mais cela tient à l'une des contraintes du défi (minimum 400 mots).
Bisous
Jocelyne

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet