Le jardin des délices

 

Mes poèmes - Liens - Moi

 

L'absence des mots

le mardi 15 mai 2018, à 10:11. Posté par Jocelyne









    Texte écrit dans le cadre d’un défi
    Enoncé : à partir de cette citation de René CHAR (“Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d’eux.”), laissez libre cours à votre inspiration pour un texte, prose ou poésie, sans autre contrainte.


    **********



    En classe, le français était ma matière préférée ; mon vocabulaire s’enrichissait d’année en année. Hélas, malgré mes connaissances, malgré tous ces mots emmagasinés, les traîtres m’ont fait défaut. Je n’ai pas su les trouver lorsque j’ai subi le pire traumatisme de ma vie. Lesquels aurais-je pu utiliser pour exprimer l’impensable, l’inconcevable, l’innommable ? Le silence est devenu mon seul refuge.

    Ne trouvant pas les mots, j’ai souffert en silence, me suis autodétruite, espérant que, malgré tout, quelqu’un m’entendrait.

    Bien plus tard, quand ils m’ont trop étouffée à force d’être contenus, j’ai ouvert la cage qui les retenait prisonniers, les laissant jaillir de mes lèvres. Savent-ils combien ils ont été libérateurs ?

    Aujourd’hui, plus de cinquante ans après, grâce à l’écriture, je détecte les mots pour le dire ; je mets des mots sur mes maux. J’ai acquis une certaine sérénité.







    ©Jocelyne B.
    24 novembre 2016


<< Retour aux poèmes

 

commentaires ( 11 ) (Ajouter un commentaire)
henridurtal le mardi 15 mai 2018, à 10:58
La poésie peut-être libératrice en effet : "mettre des mots sur les maux". Mais aussi mettre des mots sur ses rêves, sur ses espoirs, sur ses joies, sur la simple contemplation de ce qui nous entoure ... Bonne journée.

debbie le mardi 15 mai 2018, à 14:02
Bonjour Jocelyne, J'adore les proses car les mots y sont souvent si près du coeur. Les tiens ici ils sont vraiment très touchants. Il est vrai que parfois on enferme les mots parce qu'ils sont trop difficiles à sortir et on a peur qu'ils nous fassent encore plus mal de les dire. Ou que ça ne serve à rien de les dire. Mais la poésie peut apporter une certaine sérénité à nos maux. Merci pour ce beau partage
Bel après midi
Amitié
Debbie

johan le mardi 15 mai 2018, à 14:24
Bonjour Jocelyne !
Notre esprit à une prison, construite par notre pudeur, nos terreurs et nos douleurs. Il y enferme ce dont il lui semble être impossible de parler aux autres voire de crier à la face du monde.
L’écriture peut être la clef de la porte de cette prison de notre esprit !
Amicalement !
Johan (JR.).

liameliavq le mardi 15 mai 2018, à 17:47
Tu as très bien fait d'ouvrir la cage aux oiseaux mots des maux pour notre plus grand plaisir et surtout pour toi !
Merci cher Jocelyne.
LN.

Rêveuse le mardi 15 mai 2018, à 17:49

Un texte prenant et émouvant, ouvrir la cage qui verrouille les mots .... pouvoir les "nommer" même s'ils sont "innommables"
même longtemps après c'est une libération!
merci beaucoup de ce partage,
bien amicalement

scorpionne le mardi 15 mai 2018, à 19:12
Merci beaucoup Henri, Debbie, Johan, Hélène et Rêveuse.
Belle soirée à tous les cinq.
Amitiés,
Jocelyne

mariepaule le mardi 15 mai 2018, à 22:02
Bonjour Jocelyne

Je reconnais bien la, la scorpionne...
La destruction, quand il y a souffrance...

J'ai adoré ta prose...

Belle soirée Jocelyne

Amitié
Marie

susan* Coquelicot * le mercredi 16 mai 2018, à 08:43
Bonjour Jocelyne,
Trouver les mots, mais surtout arriver à les dire, n'est pas toujours facile ...
Serait-ce la timidité, sans doute , il n'est pas évident de s'exprimer devant des gens....Mais toi, c'était semble-t-il c’est devant tes camarades de classe , puis ça a dû se généraliser ....
Je suis contente que tu aies réussi à ouvrir la cage et à te libérer !!!
Belle journée à toi Jocelyne .
A très bientôt dans environ deux semaines !
Bien amicalement.
Susan


scorpionne le mercredi 16 mai 2018, à 12:01
Merci Marie. Heureusement, la scorpionne a des ressources intérieures insoupçonnées.



**********

Merci Susan. Il n'y a pas de rapport avec ma scolarité et ma timidité ; c'est beaucoup plus profond (comme je le dis dans mon texte : "le pire traumatisme de ma vie. L’impensable, l’inconcevable, l’innommable.")


**********

Belle journée à toutes les deux.
Amitiés,
Jocelyne

cecel le vendredi 18 mai 2018, à 02:22
Bonsoir Jocelyne
Si je connais cette faiblesse que tu as réussi à exorciser pour en faire une force, une expression tellement vraie, je suis toujours ému de lire tes mots, ceux que tu partages avec nous.
Ta poésie peut être cri, douleur, amour, belle émotion, taquinerie, elle est toujours somptueuse car tu as un talent fou.
Lire les commentaires qui accompagnent ton œuvre est très touchant.
J'espère que tu trouves ici l'opportunité tant recherchée.
Amitié sincère.
Marcel

scorpionne le vendredi 18 mai 2018, à 12:03
Merci Cecel.
Ce que tu me dis me touche profondément.
J'ai trouvé ici une vraie chaleur humaine.
Fidèle amitié,
Jocelyne

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet