Paraphysique

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Schutzstaffel le monde nazifié

le jeudi 17 mai 2018, à 10:28. Posté par Faubert Patrice


    En France
    53 pour cent des ouvriers
    Pour le front fasciste veulent voter
    Cela ne peut nous étonner
    Car cela rend aveugle et sourd, le travail ingrat et dur
    Le travail est une police qui rend immature
    Pas étonnant
    Si en France, déjà 6 millions de femmes violées
    Deux femmes sur dix, il y a de quoi être terrifié
    Violées par le psychiatre, dans la famille, par le patron
    Les prostituées ne sont donc pas sans utilité
    Mais hélas en ce domaine, c'est l'occasion
    Qui fait le mauvais larron
    Tout ceci étant le produit de l'éducation
    Où la femme est une poubelle à sperme
    Il serait temps d'y mettre un terme
    C'est sans doute identique
    Partout les mêmes rites
    Dans d'autres pays
    La misère sexuelle fait son lit
    Quand la sexualité rime avec fric
    Elle brille par son absence, l'éthique
    Le capital
    Est comme une division SS
    Exterminant tout sur son passage
    Engendrant toutes les frustrations, toutes les rages
    Waffen-SS Das Reich
    Et les valets du système, du capital, de mèche
    Et c'est la vie du monde
    Les SS ( la Schutzstaffel ) font leur ronde
    Comme jadis à Oradour-sur-Glane
    Et il y eut tous les 2 jours, un Oradour-sur-Glane
    Ce terrorisme de guerre, en Europe
    Partout des massacres au top !
    10 juin 1944, la barbarie se pavane
    642 femmes, hommes, enfants, massacrés
    Roger Godfrin ( né en 1936 ) fut l'un des rares survivants
    C'était à l'époque un enfant
    Et quelques malgré-nous dans cette SS division
    Alsaciens et mosellans, de force, en incorporation
    Province pas occupée mais en annexion
    Tour à tour française ou allemande
    Comme une figure de propagande
    Interdiction d'y parler le français
    Allemand obligatoire, comme effet
    Ou cela peut s'inverser
    L'Histoire aime bien rigoler
    L'Alsace-Moselle
    Comme service du travail du Reich
    Quand le nazisme avait pleines ailes
    Prenez vos fusils, prenez vos bêches
    Et tous les serments qu'il faut prêter
    A des nazis qui ne font que vous mépriser
    Et en cas de désertion
    Toute sa famille en déportation
    Et environ 130.000 de ces malgré-nous
    En Russie, avec les nazis, vont devenir fous
    Et malgré tout, des milliers de déserteurs
    Par les alliés, rendus aux russes, comme une tumeur
    Ou alors dans des camps américains
    La logique militaire est du plus haut crétin
    Et dans les camps russes ou américains
    Impossible de jouer au plus malin
    Beaucoup disparurent
    Beaucoup moururent
    C'est en 1955, que le dernier malgré-nous, de Russie, revint
    Et finalement, plus tard, de toutes ces atrocités
    La plupart des protagonistes furent acquittés !
    Aujourd'hui tout est disparate
    Tout le monde se tire dans les pattes
    C'est un nazisme présentable
    Avec de spectaculaires notables
    Le manifeste a fait son temps
    Le subtil est beaucoup plus fringant
    Tout est sournois, tout est discret
    L'humanité inhumanité y fait son ballet
    Et c'est la monnaie son principal préfet !
    Le capital
    Est un feu ( 1899-1947 ) Alphonse Capone
    Amélioré, lui, à côté, c'est une nonne
    Capone fut le roi de Chicago
    Merci à 1919 et à la prohibition
    Le remède pire que le mal, c'était idiot
    Il en va toujours ainsi avec la réaction
    Feu ( 1903-1957 ) Eliot Ness, incorruptible de rite
    Criminologue et tireur d'élite
    Prohibition qui fit de lui et de Capone, des mythes
    Et en 1931 pour fraude fiscale
    Fit condamner Capone, pas mal
    11 ans de prison
    Malgré une flopée d'avocats pas forcément bidons
    Une fraude de 75 millions de dollars
    Pour le napolitain, à la frime, si bavard
    Ce fut un tueur sadique, un salopard
    Il aimait tuer de ses propres mains
    Comme ses propres tueurs ( 1929 ) lors de la Saint-Valentin
    Ainsi, ils ne diraient rien
    Il pouvait se faire passer pour un bienfaiteur
    Crise de 1929, nourriture distribuée, aux chômeuses et chômeurs
    Ness finit mal aussi
    Le FBI ne voulut pas de lui
    Sa femme il perdit
    Il devint alcoolique, tout était dit
    Avec la fin de la prohibition
    Plus besoin de lui, il fut moins qu'un pion
    C'est vraiment comme le capital
    Mais à une échelle infinitésimale
    Dans le monde du capital
    Qui a son bien, qui a son mal
    Il y a A, B, C, D, E, F, G
    H, I, J, K, L, M, N
    O, P, Q, R, S, T, U
    V, W, X, Y, Z
    La mafia et ses familles
    Où tout le monde s'étrille
    Aux mains des minorités
    La force se nomme crime
    Aux mains des majorités
    La force se nomme droit
    Le capital
    A besoin aussi des syndicats
    Comme des mafias
    Les syndicats du capital
    Le capital des syndicats
    Capital de la mafia
    La mafia du capital
    Et donc forcément
    Les gens ne sont pas si inconséquents
    Ainsi en 1988, douze pour cent
    En France, de syndiqués seulement
    Mais aussi en 1983 en France
    La gauche du capital et sa constance
    Et les salaires furent bloqués
    Seulement en 1945, c'était arrivé
    Et les syndicats du capital
    Furent forcément d'accord, c'est normal
    Et maintenant
    C'est encore plus consternant
    Logique du capital, rien d'étonnant
    Des milliers pour l'accord
    Sont signés chaque année
    Entre les syndicats et le patronat
    De plus en plus fort
    La collaboration, la négociation
    Certes, c'est en France
    Mais partout ailleurs, c'est la même finance
    Si le capital a de vrais amis
    Il a surtout de faux ennemis !
    C'est partout l'organisation mondiale du commerce
    Dans tous les pays, l'argent, une seule messe
    Comme François Hollande, le président de France
    Gauche du capital, militaire de la finance
    Avec son pacte de confiance
    De responsabilité, de foutage de gueule
    230 milliards de cadeaux à la démence
    Et donc au patronat, du coup, pas bégueule
    Chaque année
    Vous pouvez le croire, je ne l'ai pas inventé
    Des millions de gens
    Devraient se révolter, s'indigner, manifester
    Mais non, plus aucune solidarité
    La résignation immobilise les gens !
    Et dans le tout désinformé ou surinformé
    Plus rien ne peut étonner
    Ou alors
    Voler sur son ptéranodon
    Qui mesurait six mètres de long
    Vieux de 80 millions d'années
    Le ptérosaure, plus grand animal volant
    Et ce de tous les temps
    Il y a 200 millions d'années
    Les ptérosaures se nourrissaient d'insectes qui savaient voler
    Du vol, insectes et ptérosaures, les pionniers
    C'est feu ( 1799-1847 ) Mary Anning
    Qui des ptérosaures fut le timing
    Ah ! chevaucher un ptérosaure
    Contre ( né en 1976 ) Ramzan Kadyrov, tête de mort
    Et qui de la Tchétchénie a tout réécrit
    Aussi par la vérité, il est maudit
    A tout torturé, a tout emprisonné, a tout pillé
    A tout massacré, a tout falsifié, a tout tué
    De la part de son ami Poutine
    Tous les deux d'horribles vermines
    Quand le spectaculaire concentré
    D'ici ou là, sait résister
    Comme en Corée du Nord, aux dirigeants arriérés
    Avec le reste du monde en complicité !
    Pas étonnant
    Que le monde entier soit fichu
    Quand muets et sourds sont les gens de la rue
    C'est de la protestation muette
    Et des indignations, les défaites
    Comme une impuissance généralisée
    Quand de tout, de soi, des autres, tout le monde est séparé
    Et chacun et chacune, dans sa case, dans sa prison
    Car avec les autres aucune vraie relation
    Quand la seule unanimité est la soumission !

    Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : Pas de note)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 0 ) (Ajouter un commentaire)

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet