Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Constantin Ier revisité (v272-337)

le dimanche 20 mai 2018, à 20:28. Posté par Michel Ernest


    Pour les chrétiens, Constantinople
    Portait la religieuse flamme
    Aujourd'hui, toute de sinople
    Elle est aux couleurs de l'Islam

    Ô pauvre empereur Constantin
    Votre Empire fût vaste, certes
    Mais à unir tous les Latins
    N'avez vous pas hâté sa perte ?

    Constantin est né à Naissus
    Vers l'an deux cent soixante-douze
    Fils de Valerius Constantius
    Et d'Hélène sa sainte épouse

    Sa mère l'envoie à Izmit
    À la cour du maître d'Orient
    Tandis que son père et sa suite
    Combattent au pays des Francs

    Bientôt ce dernier est nommé
    Empereur "adjoint" d'Occident
    Puis un jour, il vient succéder
    À son suzerain de l'Orient

    Le nouveau seigneur emménage
    À Izmit avec Constantin
    Celui-ci convole en mariage
    Et à son tour père devient

    Quand Valerius Constantius meurt
    Constantin a trente-quatre ans
    Il est proclamé empereur
    Romain d'Orient et d'Occident

    Mais pour plaire à ces messieurs-dames
    Ses courtisans de la noblesse
    Il se sépare de sa femme
    Pour épouser une princesse

    Pendant ce temps-là, près de Rome
    Ses subordonnés se mutinent
    Il lève alors dix milliers d'hommes
    Pour mater l'armée transalpine

    Constantin obtient la victoire
    Tellement belle et si rapide
    Qu'il affirme à son auditoire
    Que le Christ a été son guide

    Dès lors soutien du christianisme
    Il se protège d'une croix
    Et enjoint de placer un chrisme
    Sur le bouclier des soldats

    Les ambitions de son beau-frère
    Sur son royaume écartelé
    L'entraîne à lui faire la guerre
    Et plus tard à l'assassiner

    Constantin enfin seul jubile
    L'empire étant réunifié
    Il convoque alors le concile
    Œcuménique de Nicée

    En trois cent vingt-quatre, il commence
    Une incroyable construction
    Sur l'ancien site de Byzance
    D'une ville liée à son nom

    Pendant dix ans les travaux durent
    Puis, Constantinople achevée
    En grande fête, il l'inaugure
    Rome "éternelle" est évincée

    C'est là qu'en trois cent trente-sept
    À près de soixante-cinq ans
    Constantin quitte la planète
    En s'étant converti avant

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : Pas de note)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 0 ) (Ajouter un commentaire)

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet