Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Steve McQueen revisité (1930-1980)

le vendredi 15 juin 2018, à 19:41. Posté par Michel Ernest


    C'est en regardant "Guet-apens"
    Un vieux film de soixante-douze
    Un polare, noir et violent
    Avec Ali, sa jeune épouse

    Que je me suis dit : "Pourquoi pas
    Raconter l'histoire de Steve
    Les bi-os "from America"
    Rarement autant me motivent"

    Né Terence Stephen McQueen
    À Beach Grove, dans l'Indiana
    Son père officier de Marine
    S'est tué il y a quelques mois

    Sa mère aussitôt l'abandonne
    Chez un parent du Missouri
    Le bien nommé Claude Thomson
    Durant douze années de sa vie

    Quand sa mère le récupère
    Pour l'emmener sur la côte Ouest
    Le gamin se met en colère
    Et se conduit comme une peste

    Adolescent incontrôlable
    On le voit avec la racaille
    Puis il devient plus raisonnable
    Et se trouve enfin un travail

    À vingt-deux ans il étudie
    À l'école HB Studio
    Où il apprend la comédie
    [Ce qu'il fait depuis le berceau]

    Après quelques mois et semaines
    Il débute dans une pièce
    Appelée "A Hatful of Rain"
    Où ses dons tiennent ses promesses

    À vingt-six ans il se marie
    Avec un joli mannequin
    Née aux confins fonds de l'Asie
    Mais qui parle l'américain

    Le couple s'installe à Vegas
    Là, Steve joue un simple flic
    Mais dans un rôle si fugace
    Qu'il est absent du générique

    Un jour il n'est plus anonyme
    Il est même acteur principal
    Quand il devient chasseur de primes
    Dans le rôle de Josh Randall

    Cette série télévisée
    Connaît un succès planétaire
    Tous les enfants à la récré
    Miment l'homme à la Winchester

    À la fin des années cinquante
    Il joue dans "La Proie des vautours"
    Et puis en mil neuf cent-soixante
    Il tourne avec quelques poids lourds :

    Brynner, Coburn, Wallach, Bronson
    Dans le film "Les Sept Mercenaires"
    Puis le premier rôle on lui donne
    Dans "L'Homme qui aimait la guerre"

    Dans le film "La Grande Évasion"
    Steve, fou d'engins à moteur
    Fait une chouette suggestion :
    S'évader en cyclomoteurs

    Après cet immense succès
    Quelques médiocres films s'ensuivent
    Les fans sont quelque peu inquiets
    Mais ce n'est pas connaître Steve

    Il incarne un joueur de poker
    Dans "Le Kid de Cincinnati"
    Avec Shooter, son manager
    Il triche dans tout le pays

    Puis il tourne un film historique
    "La Canonnière du Yang-Tsé"
    Que la presse dithyrambique
    Aux Oscars tient à nominer

    "L'affaire Thomas Crown" lui donne
    Une aura internationale
    Mais de plus en plus il s'adonne
    Aux dangereuses fleurs du mal

    Son amour de l'automobile
    L'incite à jouer à quarante ans
    Un rôle sportif et viril
    Où il campe un as du volant

    Malheureusement le film plonge
    Et La boîte de Steve aussi
    Mais malgré le mal qui le ronge
    Il s'en sort sans trop de soucis

    Peu après, deux films il enchaîne
    L'un, où il fait du rodéo
    L'autre, que j'ai vu en semaine
    Et dont je parle un peu plus haut

    On le voit campant un forçat
    Aux cotés de Dustin Hoffman
    Puis dans une tour qui flamboie
    En présence de Paul Newman

    Ensuite son image change
    Il a la barbe, il prend du poids
    L'alcool et la poussière d'ange
    N'y sont pas étranger, je crois

    En mil neuf cent soixante-seize
    Il tourne un film noir et austère
    C'est là qu'il apprend mal à l'aise
    Qu'il est rongé par un cancer

    Il reste trois ans sans tourner
    Refusant divers scénarios
    Avant de produire un navet
    Et retourner à ses studios

    Sujet à une toux chronique
    Steve stoppe la cigarette
    Et malgré les antibiotiques
    La maladie point ne s'arrête

    Les médecins en Amérique
    Pour Steve ne peuvent plus rien
    Alors il part pour le Mexique
    Chez un étrange praticien

    Ce guérisseur lui préconise
    Une cure de caféine
    Des shampoings de queues de cerises
    Et des prises d'amygdaline

    Au bout de trois mois de régime
    Deux kilos pèse la tumeur
    On tente une ablation ultime
    Mais sur le billard Steve meurt

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : Pas de note)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 0 ) (Ajouter un commentaire)

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet