Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Talleyrand revisité (1754-1838)

le jeudi 05 juillet 2018, à 08:56. Posté par Michel Ernest


    Connu dans nos livres d'histoire
    Pour pratiquer le double-jeu
    Résonnent dans quelques mémoires
    Ses insupportables "Moi je"

    Redouté dans toute l'Europe
    Il sut avec force élégance
    Défendre ses intérêts propres
    Autant que ceux de notre France

    Voici la vie sans artifices
    Du premier jour, jusqu'à la mort
    De noble homme Charles Maurice
    De Talleyrand de Périgord

    Pour les besoins de mon poème
    Je ne prendrai pas ces prénoms
    Ni le premier, ni le deuxième
    Je l'appellerai par son nom

    Celui-ci est né à Paris
    La même année que le Dauphin
    Je veux parler de Petit-Louis
    Qui aura une triste fin

    Issu de la haute noblesse
    Notre héros est aussitôt
    Destitué de son droit d'aînesse
    À cause d'un fichu pied-bot

    Et comme on le fait chez les princes
    On le destine au séminaire
    D'ailleurs l'archevêque de Reims
    Est un des frères de son père

    Il entre alors à Saint-Sulpice
    Passe son baccalauréat
    Soutient une thèse et, d'office
    Dirige le grand vicariat

    L'année suivante, il monte en grade
    Il est trésorier de l'Église
    Mais commence la mascarade
    Car notre homme aime une marquise

    En mil sept cent quatre-vingt-huit
    On le nomme évêque d'Autun
    Mais il s'en échappe bien vite
    Car autre part est son destin

    Quand la Révolution s'installe
    Il est député du clergé
    Et à l'Assemblée nationale
    Crie que leurs biens soient confisqués

    On l'applaudit, mieux, on l'acclame
    On lui confie une mission
    De sacrer les prêtres infâmes
    Comme curés de la nation

    Mais Danton, en quatre-vingt-treize
    Trouvant des lettres d'amitié
    Entre Talleyrand et Louis XVI
    Sur le champ le fait rechercher

    Toujours avec un coup d'avance
    Il s'exile aux États-Unis
    Et ne remet les pieds en France
    Qu'une fois la Terreur finie

    Bien vite on le réhabilite
    Et même ministre on le nomme
    Mais fin stratège ou hypocrite
    Déjà complote le bonhomme

    Avec le Petit caporal
    Il prépare le coup d'état
    Qui le conduit tant bien que mal
    Au poste qu'il avait déjà

    Titré prince de Bénévent
    Au début de mil huit cent-six
    Il est très riche maintenant
    Grâce à la main impératrice

    Peu à peu Talleyrand critique
    La politique de son chef
    Napoléon catégorique
    Au Conseil lui en fait grief

    Le rusé Talleyrand bascule
    Définitivement dans l'erreur
    Quand avec le Tsar il spécule
    Sur les desseins de l'Empereur

    Napoléon, furieux le chasse
    Céans de son gouvernement
    Tout en lui gardant une place
    Dans son proche environnement

    La rupture est définitive
    Au traité de Fontainebleau
    Puis la Restauration arrive
    Lors, il rapplique au grand galop

    Ministre du roi Louis XVIII
    Pour le peuple c'est une icone
    Mais vite il doit prendre la fuite
    Car l'Empereur reprend le trône

    La défaite de Waterloo
    Envoie sur une île sinistre
    L'Empereur, et notre héros
    Au poste de Premier ministre

    Mais, dès l'année mil huit cent-seize
    Il est renvoyé pour impair
    Et dans l'opposition, à l'aise
    Il siège à la Chambre des pairs

    Sous Charles X, grand chambellan
    Et à ce titre, en tant que prince
    Comme pour le roi précédent
    Il assiste au sacre de Reims

    Quand de nouveaux contestataires
    Au roi veulent faire la peau
    Le malicieux septuagénaire
    A déjà changé son drapeau

    Le roi Louis-Philippe Ier
    Offre sa dernière mission
    Au prince pour réconcilier
    La France et la perfide Albion

    Il meurt en mil huit cent trente-huit
    Mais bien qu'il ne fût plus très pieux
    Il réclama de l'eau bénite
    Pour tromper le monde et les Cieux

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : Pas de note)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 0 ) (Ajouter un commentaire)

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet