yylang

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Moi

 

BONNE NUIT

le samedi 07 juillet 2018, à 01:48. Posté par yylang


    BONNE NUIT

    1/ Bonne nuit maman, Bonne nuit papa,
    Bonne nuit Soko, bonne nuit mamie,
    Bonne nuit aussi
    A ceux que je n’aime pas,
    La maîtresse qui m’a grondée,
    Et Martin, le pas-copain qui m’a bousculée.

    2/ Bonne nuit, Monsieur le poète Prevert.
    Qui aimez bien les cancres, les oiseaux et les inventaires,
    Bonne nuit, la Terre, bonne nuit les lampadaires,
    Bonne nuit, Madame la boulangère,
    Qui vous levez si tôt, pour nous préparer,
    Des croissants chauds et des macarons pralinés.
    .
    3/ Bonne nuit les sans-abris sur les bancs,
    Qui allez la journée, clopin-clopant,
    Couvrez-vous bien, il fait mauvais,
    Demain sûrement, vous ramasserez
    Sur le pavé, un billet de loterie gagnant,
    Pour partir l’hiver, au soleil de Saint-Vincent.

    4/ Bonne nuit les vagues, les marées, les lacs
    Les étangs, les flaques,
    Les rivières et les torrents,
    Bonne nuit la pluie et le vent,
    Bonne nuit les volcans,
    Vous avez travaillé tant d ’années,

    5/ Inutile de vous réveiller,
    Il est temps de vous reposer.
    Et , dans ma ville endormie là tout près,
    Dans les rues de ma cité,
    Bonne nuit, les vilains gangsters,
    Et les gendarmes qui vous courent après,

    6/ Et toutes les mines patibulaires,
    Les voyous et les voleurs,
    Qui nous font si peur,
    Quand on se réveille dans l’obscurité,
    Et qu’on voit une ombre bouger,
    S’il vous plaît, évitez notre logis douillet.

    7/ Et si pour changer, vous rentriez vous reposer,
    Vous savez que ce soir, à la télé,
    il y a le Barsa contre le P.S.G.
    Ça vous pouvez pas le rater,
    Si au moins les parisiens gagnaient,
    Ils nous aideraient à vous faire chômer!

    8/ Bonne nuit, les arbres de la forêt,
    Au grands manteaux épais,
    Protégeant tous vos petits sujets,
    Les écureuils, Les oiseaux , et leurs nids,
    Les renards, et le fragile Bambi
    Qui s ‘étale , jambes écartées, sur le lac gelé.

    9/ Bonne nuit les petites fourmis,
    Qui travaillez sans répit,
    A charrier les aiguilles des cyprès,
    Les brindilles de pin,
    Les bouts de mie de pain,
    Laissés après mon goûter,

    10/ Et vous ingéniez à me picoter,
    Les doigts de pieds,
    Quand je suis allongée,
    Sous un grand chêne pour rêver!
    Bonne nuit, le petit poucet, les lutins, les fées,
    Les elfes, et, les farfadets .

    11/ Et toi, petit chaperon rouge, attention,
    Le loup finit de mettre son pantalon.
    Ne va pas chez mére-grand,
    Déjà il t’y attend,
    Pour mieux te croquer,
    Cours plutôt te cacher avec le furet,

    12/ Bonne nuit, les aigles, les corbeaux, les hiboux,
    Les choux, les cailloux, et même les vilains poux,
    qui ne vous gênez jamais,
    pour nicher dans ma tête bouclée.
    Bonne nuit mes joujoux,
    Bien rangés dans leur coffre en bambou,

    13/ Mon petit train, qui fait tchou-tchou en clignotant,
    En traversant les Alpes et le Mont-Blanc.
    Et, toute ma famille méli-mélo, Mickey, Picatchu,
    Barbie, Babar, Candy, Casimir Tigrou,
    Petit ours brun, en train de se chamailler
    Pour devenir mon jouet préféré.

    14/ Mais ils n’arriveront jamais,
    A pouvoir détrôner
    Mon Calimero,le canard noir
    Avec tous ses gros bobos, et son desespoir
    C’est le seul qui me comprenne,
    Et me console quand j'ai de la peine.

    Bonne nuit les marins, dans vos bateaux lointains,
    Bercés par les sirènes et les dauphins,
    Et le rire de vos bambins,
    Qui résonne dans vos têtes, du soir au matin,
    Tandis qu’ils vous attendent sans fin,
    En priant pour qu’il ne vous arrive rien.

    16/ Bonne nuit dans le jardin,
    Les araignées qui tissent leurs toiles,
    En filaments d’étoiles,
    Les capucines, les glycines et les jasmins,
    Les lupins, les azalées,
    Bonne nuit les gouttes de rosée,

    17/ Qui à l’aube rafraîchirez
    Les robes des fleurs desséchées.
    Sans oublier mon plant de cactées,
    En bordure de l’allée,
    Opuntia, pereskia, figuier de barbarie
    Je ne sais pourquoi, je ne sais par quelle folie?

    18/ Je me suis tant attachée à ces végétaux ingrats,
    Browningias, matucanas,
    Et les collectionne avec délicatesse,
    Copiapoaco , aloés,
    Peut être un vieil appel du désert,
    De quand j’étais dromadaire,

    19/ Parmi mes amis berbères.
    Ils sont ma fierté, et me ravissent.
    Oreocerus, ,mamillaris,-
    Trônant dans leurs pots sur une étagère,
    Remplaçant «Max » ce poisson dénué de-savoir faire,
    Qui sans prévenir, du jour au lendemain,

    20/ Mourut soudain de faim,
    Me montrant impoliment, son ventre et son derrière.
    Ou ce rosier défiguré,
    Que m’avait confié à soigner,
    Maman, qui s’était absentée,
    Pour quelques journées.

    21/ Eux, ne meurent pas pour se venger,
    Si j ‘oublie de les arroser,
    Même avec des noms impossibles à retenir,
    -J’ai collé les étiquettes dans un cahier,
    Et découpé leurs photos à côté,-
    Puis je me les récite le soir pour m’endormir.

    22/ Bonne nuit le trèfle à 4 feuilles, bien caché
    Dans le massif de primevères,
    J’ai farfouillé pour le trouver,
    Mais rien à faire, Je ne l’ai pas découvert.
    Je doute fort un jour d’y arriver
    Rares, sont ces privilégiés!

    23/ Bonne nuit, le grand liseron violet,
    Avec tes longues tiges tout entortillées,
    ,Autour des ramilles de la cobée,.
    Comme pas magie, tu t’es ouvert,
    le jour de mon anniversaire,
    Pour te remercier j’ ai cueilli un petit bouquet,

    24/ Et mis comme il se doit, ses graminées, sous mon oreiller,
    Car comme a dit le sorcier: là « Cauchemars envolés »
    Bonne nuit ma petite pousse de haricot,
    Que j’ai plantée tantôt,
    Avec quelques incantations ,
    « Abracadabras » de ma composition,

    25/ Tu deviendras toi aussi géant,
    Et montera jusqu’au firmament.
    Pour m’amener des pièces d’or
    Que je cueillerai acec un escalator.
    Et vous les grenouilles sur le bassin,
    Qui vous époumonez pour séduire vos bien-aimées,

    26/ On ne s’entend plus, Cessez de croasser,!
    Vraiment je vous plains, petits batraciens,
    Vos chants d’amour sont si laids,
    Le rossignol vous a tout volé.
    Bonne nuit les lointains varans de l ‘île de Komodo,
    Les tilapias du lac Titicaca,

    27/ J’irai vous voir sac au dos,
    Quand je serai grande avec mon Konica
    En même temps que les lémuriens de Majunga,
    Qui j’éspère , d’ici-là, n’auront pas été tous massacrés,
    Ou Les kangourous de Cambera,
    Et puis j’illustrerai dans des bandes dessinées,

    28/ Les crocodiles des bords du Nil,
    -Bande de fanfarons dégonflés et imbéciles-
    Plus tard grand reporter
    A FR3, j’enverrai des documentaires
    Pour « Florafona, » Le programme vidéo niçois
    Sur une idée de Maëlia, 

    29/ Surnommé « Visite la terre avec moi » 
    On m’enverra dans la grande selva,
    Découvrir Le jacamar , le jacana,
    Battre la campagne à Sumatra,
    Pour trouver la mythique rafflesia,
    Ou filmer Les impalas du Katanga,

    30/ Le jabiru de Guayaquil;
    J’évoquerai même, les civilisations disparues,
    Et les époques méconnues:
    Des guerriers guachichils,
    Dans la province du Zacatecas,
    Du roi Moctezuma et de ses célèbres araras.

    31/ Bonne nuit, enfin, le Père Noël,
    Qui passe et repasse dans le ciel,
    Avec tes rennes et ton traîneau ,
    En me faisant des petits signaux,
    Il fait trop froid dans ton pays,
    Reste-là, Il fait bien meilleur ici.

    32/ Bonne nuit les anges qui bruissez dans les cieux,
    Et me chuchotez des mots délicieux,
    Veillez- bien sur Maëlia,
    La petite fille extraordinaire
    qui vous a écrit tous ces vers.
    Prenez- la dans vos bras,

    33/ Montrez lui des merveilles
    Et menez-la; le temps du sommeil,
    Comme elle en a très envie,
    Admirer en rêve, les aurores boréales,
    Avec les chamans inuits de Montréal,
    Tout en restant au chaud dans son lit.

    34/ Bonne nuit, le Bon Dieu,
    Qui comme le service des cartes bleues,
    24 heures sur 24 tiens ton guichet ouvert.
    Et vois tout à la fois,
    Le monde entier, à l ‘envers, et à l’ endroit
    L’été comme l’hiver, dans les deux hémisphères.

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : Pas de note)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 0 ) (Ajouter un commentaire)

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet