Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Violette Nozière revisitée (1915-1966)

le lundi 30 juillet 2018, à 18:27. Posté par Michel Ernest


    Victime du patriarcat
    Ou bien femme concupiscente
    Dame Nozière fut un cas
    Dans le Paris des années trente

    Pour les gens de droite on croit voir
    La "sorcière de la débauche"
    Et c'est plutôt un "ange noir"
    Pour leurs adversaires de gauche

    Naître au beau milieu de l'hiver
    Dans les profondeurs de la Nièvre
    Dans un pays qui est en guerre
    Ne met pas le sourire aux lèvres

    Cependant Violette est gâtée
    Car elle est une enfant unique
    Et ses parents, pour la couver
    Lui trouvent un nid idyllique

    À Paris dans un beau deux-pièces
    Un peu petit, mais confortable
    Violette passe sa jeunesse
    Entre une table et un cartable

    Une fois son "certif" en poche
    Elle s'inscrit sans conviction
    Au lycée qui est le plus proche
    En l'occurrence, Fénelon

    Une nouvelle vie commence
    Plus conforme à ses aptitudes
    Elle privilégie la danse
    Et les garçons à ses études

    Petit à petit, non par vice
    Mais pour l'argent, elle se vend
    Et attrape la syphilis
    Sans en parler à ses parents

    Quand ces derniers enfin l'apprennent
    C'est pour s'entendre dire que
    La maladie qui la gangrène
    Ne peux provenir que d'eux deux

    Et pour palier cet atavisme
    Aidée par un mauvais garçon
    Avec le plus grand des cynismes
    Elle les "soigne" à sa façon

    Quelques cachets de somnifère
    Le gaz ouvert dans l'habitacle
    Ont raison de son pauvre père
    La mère est sauve par miracle

    Devant la Petite-Roquette
    Là, où Violette est détenue
    On entend chanter à tue-tête
    Le petit peuple de la rue

    Pour sa défense, la donzelle
    [Elle vient d'avoir dix-huit ans]
    Accuse feu son paternel
    De coupables attouchements

    Lors, tout Paris se mobilise
    Et bientôt le pays entier
    De grands avocats la courtisent
    Un célèbre juge est nommé

    Comme j'ai dit en préambule
    En deux camps les vues se séparent
    Deux opinions qui s'articulent
    Entre Mauriac et Paul Éluard

    C'est en mil neuf cent trente-quatre
    Que s'ouvrent, par un jour humide
    Comme une pièce de théâtre
    Le procès de la parricide

    Mais la justice peu clémente
    Avec cette gente assassine
    Sans circonstance atténuante
    La condamne à la guillotine

    Après obtention de la grâce
    Du président Albert Lebrun
    On envoie Violette en Alsace
    À Haguenau, dans le Bas-Rhin

    Purger sa peine perpétuelle
    Aux travaux forcés pour les dames
    Alors que la vie est si belle
    Quand on a vingt ans à Paname

    Dans son centre pénitentiaire.
    Violette se fait oublier
    Mais aux premiers jours de la guerre
    Elle est, à Rennes, transférée

    Là-bas elle tombe amoureuse
    Du comptable de la prison
    Ce qui lui vaut une chanceuse
    Réduction de sa réclusion

    Par un décret du "Maréchal"
    On commue sa peine à douze ans
    Par un décret du "Général"
    On la libère sur le champ

    Elle reprend goût à la vie
    Son mari lui fait cinq enfants
    Et avec leurs économies
    Vont diriger un restaurant

    En juillet mil neuf cent soixante
    Sur la route qui mène à Rouen
    Seul dans sa Simca P60
    Son époux a un accident

    Il décède l'année suivante
    Violette alors est résignée
    Mais elle remonte la pente
    Car son avocat a gagné

    Depuis trente ans il combattait
    Pour réhabiliter Violette
    Ce que la Cour d'appel a fait
    Au vu de sa vie si parfaite

    Violette meurt trois ans après
    Et si bien court fut son destin
    Enfin elle a trouvé la paix
    Avec elle-même et les siens

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : Pas de note)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 0 ) (Ajouter un commentaire)

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet