Poèmes d'Henri Durtal

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Tristan et Iseult (au château de Tintagel)

le vendredi 10 août 2018, à 00:15. Posté par Henri DURTAL


    L’histoire de Tristan et Iseult au château de Tintagel

    Au grand banquet du roi toute la cour conviée
    Faisait grande ripaille, honorant son seigneur.
    Les danses et les chants égayaient la soirée,
    Le vin coulait à flot et c’était grand bonheur.

    Tandis que roi et reine affichaient leur amour,
    Tristan, beau chevalier, enviait leur destinée,
    Mais louait son seigneur sans le moindre détour,
    Car la loyauté sied à toute âme bien née.

    Quand on servit breuvage au cour de la soirée,
    Un philtre fut versé dans un grand gobelet
    Par quelque sorci-ère bien mal intentionnée
    Qui jouissait d’en goûter les amoureux effets.

    Bientôt il se trouva qu’Iseult la belle reine
    Pour étancher sa soif but à ce gobelet
    Avant que sieur Tristan veuille étancher la sienne
    Et qu’Amour tout soudain les prit dans son filet.

    Il s’ensuivit alors de tendres rendez-vous
    Sous les berceaux fleuris et les vertes ramures:
    Il lui disait sa flamme, promettait à genoux
    De toujours la chérir à moins d’être parjure.

    Mais le bouffon du roi, soucieux d’épier la reine
    Surprit les deux amants un soir dans le jardin:
    Voulant plaire à son maître, il saisit cette aubaine
    Et lui conta qu’Iseult avait trahi leurs liens.

    Sur ce, le roi s’en fut dans le fameux jardin,
    Pour observer Iseult un soir au clair de lune,
    Pensant voir de ses yeux cet amour clandestin
    Se dévoiler à lui à cette heure opportune.

    Mais Tristan remarqua une ombre un peu suspecte
    Et comprit que le roi observait l’entretien.
    Il pria donc Iseult, avant qu’elle n’objecte,
    De dire que jamais son cœur ne serait sien,

    Qu’en tout temps, en tout lieu, elle serait fidèle
    A son mari, le roi, qu’elle aimait entre tout,
    Lequel avait raison de se montrer fier d’elle
    Car elle le suivrait fidèlement partout.

    Ce qu’entendant le roi se trouva tout confus
    D’avoir pu soupçonner une pareille femme
    Et jura que jamais il ne surprendrait plus
    Les entretiens privés de sa candide Dame.

    Dès lors le sieur Tristan et Iseult son amante,
    Purent dans le jardin poursuivre leurs ébats,
    Avec pour seul témoin la lune bienveillante
    Sans craindre des méchants vilénies et tracas.

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : Pas de note)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 8 ) (Ajouter un commentaire)
henridurtal le vendredi 10 août 2018, à 00:18
Dans les ruines du château de Tintagel (Devon) se trouve un « jardin médiéval » où l’on raconte cette étrange histoire de Tristan et Iseult. J’ai essayé de la restituer ... en vers.

José le vendredi 10 août 2018, à 09:15
Merci pour ce pur plongeon en Moyen-Âge!

henridurtal le vendredi 10 août 2018, à 12:44
Merci pour ta visite, José. Selon certaines légendes, Tintagel serait le lieu de naissance du roi Arthur (voire de Merlin).

Rêveuse le samedi 11 août 2018, à 09:31

Un très grand MERCI pour cette légende médiévale que ta plume nous contes si joliment,
une histoire d'amour qui m'a toujours envoutée , je vais rechercher un duo écrit avec un ami poète sur ce thème!
bon samedi avec mes amitiés!

henridurtal le samedi 11 août 2018, à 10:37
Merci Rêveuse. J'ai hâte de lire ton "duo".
Cette version de l'histoire, quand j'ai visité le château de Tintagel le mois dernier, m'a surpris. Je suppose qu'il y a mille variantes. Bonne journée.

nemo le dimanche 12 août 2018, à 11:56
Cette histoire immorale encense le mensonge
D'une reine adultère et je suis convaincu
Que malgré son forfait, nul remords ne la ronge
Et n'eut aucun regret que le roi fût cocu.

nemo le dimanche 12 août 2018, à 11:56
Cette histoire immorale encense le mensonge
D'une reine adultère et je suis convaincu
Que malgré son forfait, nul remords ne la ronge
Et n'eut aucun regret que le roi fût cocu.

henridurtal le dimanche 12 août 2018, à 23:06
Merci, mémo, pour ta réaction joliment transcrite dans ce quatrain. (Il n’y avait nul jugement moral dans ce conte moyen-âgeux.
A chacun d’en penser ce qu’il veut.)

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet