Quadrile de poésie classique

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

La chouette et la souris (Fable)

le mercredi 03 octobre 2018, à 18:46. Posté par francois


    Fable






    La chouette et la souris

    Sur l’arbre du voyageur, se perchait une chouette
    Veillait maternellement la couvée de ses deux petits
    Le soleil pleurait en se couchant rêveur sur sa nuit
    A l’écoute d’un mâle prêt pour une opulente quête

    A la nécessité du devoir des prochaines heures
    D’apporter à ses petits, piailleurs toujours généreux
    La pitance réclamée ; Constituée d’un larcin copieux
    Il tentait stoïque et sans gêne de causer le malheur

    Au bas de l’immense bel arbre, une souris attentive
    Ses souriceaux, les gardait contre sa loquace peur :
    Monstrueux délit rapace commis par ce bas prédateur
    Dont la muette envolée, suspendue tournoyait furtive

    Il se fit que la souris intriguée par un fugace bruit
    Sortit intrépide de son nid et s’en alla au loin vaquer
    Elle laissa là, ses six petits esseulés dans la nuitée
    Mal lui en prit et la chouette, de l’erreur vive comprit

    Elle souleva du nid en gestes habiles les petits vers le ciel
    Pour rejoindre à tire d’ailes la sereine aimée et ses petits
    Alors qu’elle filait le bec crochu plein, soudain la souris
    Aperçue le délit, brailla sa colère à cet ignoble préjudiciel

    Elle s’en vint exigeante au bas de l’arbre du voyageur
    Interpella la chouette: - Que nenni ! Me voler ma chair !
    Que ne vous ai-je fait en ce monde! Que vous puisiez
    Handicaper ma saine vie d’un vilain délit provocateur

    La chouette sûre de sa fiable et réputée expédition
    Répondit quiète : - Chère Dame souris pourriez-vous
    Vous venger de ce pouvoir absolu que du haut j’ais
    Comment, où, et quand auriez-vous la juste solution

    Sans se départir la souris toisa sévère la chouette; Dit:
    - Dame chouette avant que sueur d’effroi ne vous prenne
    Je vous donne cette minute pour que je ne commette
    Crime contre vous et votre belle progéniture en cet ici

    La chouette très sur, bien trop sure ; De son cri :
    - Dame souris mais faites donc, ma sûreté est de fait
    Vous ne pourrez me détrôner de mon pouvoir aisé
    Jamais je ne vous le partagerez, là est mon bon repli

    La souris commença à installer un je ne sais quoi
    Qui intrigua soudain la chouette: -Que faites vous?
    La souris chercha mille tessons de bouteilles de partout
    Les installa autour de l’arbre et attendit le matin coi

    Quand le soleil se leva elle fustigea rêche la chouette
    « Rendez moi mes enfants, que leur nu ne soit blessé
    Au feu du soleil votre arbre brûlera de ma probité
    De ne pas vous laisser absorber mes petits esthètes

    - Il en sera ainsi dans l’équité de brûler votre filiation
    Si je n’ai pouvoir, j’ai l’intelligence de ma raison
    Celle de vouloir; là est ma puissance qui à façon
    Vous ne sauriez me prendre dans ma frustration

    La chouette éperdue se comprit vaincue par la souris
    - Laissez en vie mes petits, je vous rend les vôtres
    La souris heureuse et rassurée comme un bon apôtre
    Câlina son bien précieux et s’en retourna dans son nid

    Gens de pouvoir, méfiez-vous; il ne faut se croire à l’abri
    De toutes perfidies inqualifiables au fait absolu du pouvoir
    Craignez le petit qui pourrait à la raison de son vouloir
    Et de sa vengeance vous descendre de votre perchoir maudit.

    ☼ŦC

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : Pas de note)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 0 ) (Ajouter un commentaire)

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet