Mes poèmes - Moi

 

Le Mime ( Hommage au mime Marcel Marceau )

le lundi 11 février 2019, à 17:18. Posté par Claude


    Le mime ( hommage à Marcel Marceau )




    Poète extravagant, miroir aux alouettes
    Alternant le tragique avec la facétie,
    Tel un pantin de chair, ses fils de marionnettes
    Deviennent les énigmes de sa chorégraphie.

    Sans dire une parole, sans donner de la voix,
    Son toucher suggestif peut cueillir une étoile.
    On croit la voir briller sur le bout de ses doigts,
    Mais pour mieux l’évoquer, il lui a mis un voile.

    Pour lui chaque réplique est cousue sur ses lèvres
    Dans une gestuelle de mimiques brodées,
    Ciselant dans le vide ses mouvements d’orfèvre
    Avec la précision de pauses animées.

    Distinctement il sculpte de frêles arabesques
    Nous laissant deviner ce qu’elles transfigurent
    Et petit à petit, nous découvrons la fresque
    De ce tableau parfait dont il est la dorure.

    Roulés dans la farine par son masque tout blanc,
    Nous posons nos esprits sur ses frasques lunaires,
    Puisque dans son espace toute notion de temps
    N’est du qu’à l’illusion de visions éphémères.

    Nous fait-il oublier de part ses faits et gestes
    Cette réalité de notre dimension ?
    Peut-être !… mais tout l’art, sa prestation l’atteste,
    C’est de toucher nos sens par l’imagination.

    Alors inconsciemment, son visage nous teste
    Pour voir si nous quittons ce monde ennuyeux
    Et le poids de la vie lentement se déleste
    Car un brin de magie est tombé sous nos yeux.

    Il connait à merveille le langage du corps,
    Celui qui ne s’habille qu’avec la nudité,
    Les parfums des flacons sous ses mains s’évaporent
    Dans l’effluve fictive qu’il nous fait respirer.

    On croit que c’est un clown tant il jongle d’adresse,
    Mais lorsque la tristesse vient le démaquiller,
    Nous recevons alors ses bulles de tendresse
    Que notre cœur ému va faire éclater.

    A la fin du spectacle, il déchire une page
    Puis il croque un dessin en nous montrant les dents,
    BIP *dans sa bonté nous donne des images
    Pour nous récompenser de rester des enfants.

    Nous avons malgré nous défloré son silence
    Par des moments de rire alors que lui pleurait.
    Il nous a pardonné en mimant la clémence
    Et nous, par déférence, nous mimons le regret.

    Claude
    Poème de 2009
    Dédié au mime Marcel Marceau
    décédé le 22 Septembre 2007
    * BIP cité dans le texte était le nom de son personnage.


    https://www.youtube.com/watch?v=LKyTmFQpv9I

<< Retour aux poèmes

 

 

 

Mes poèmes - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet